Interventions     Prothèse mammaire

Les prothèses mammaires externes constituent une solution magnifique et permanente à plusieurs désagréments.

Certaines femmes envisagent l’utilisation de prothèses mammaires externes suite à une grossesse, une perte de poids, ou à cause de l’âge. La forme des seins dépend surtout de l’élasticité cutanée et de la proportion tissu graisseux/tissu glandulaire. Des prothèses mammaires externes imitent tout à fait la forme des seins naturels.

INSERTION DES PROTHÈSES MAMMAIRES EXTERNES: CHIRURGIE D’AUGMENTATION DES SEINS

Un chirurgien peut placer des prothèses mammaires de 2 façons différentes. Ces 2 types de pose des prothèses mammaires sont : retro-musculaires ou retro-glandulaires. Chacune des méthodes a ses avantages et désavantages, qui vous seront expliqués lors de la première consultation.

Une chirurgie d’augmentation des seins à l’aide de prothèses mammaires se déroule sous anesthésie générale et dure environ une heure. Vous pouvez regagner votre domicile le jour même, mais nous vous invitons à demander à quelqu’un de vous raccompagner.

INSERTION DES PROTHÈSES MAMMAIRES EXTERNES : LES INCISIONS

Les prothèses mammaires peuvent être insérées de 2 façons différentes : dans le pli du sein ou au travers de l’aréole.

1. Prothèse MAMMAIRE VIA LE PLI DU SEIN

La technique ‘sous-mammaire’ est la possibilité la plus courante. Cette technique permet aussi d’insérer de plus grandes prothèses mammaires. La cicatrice, qui se situe dans le pli du sein, est très discrète.

2. Prothèse mammaire AU TRAVERS DE L’ARÉOLE MAMMAIRE

Pour placer la prothèse mammaire, le chirurgien pratique une incision au niveau de la transition de l’aréole et de la peau normale. Comme la cicatrice se trouve sur une transition naturelle, elle est très discrète. La taille de l’incision varie en fonction de la taille de l’aréole et des prothèses mammaires. Comme l’incision est très petite, cette technique permet seulement d’implanter de petites prothèses mammaires. Cette technique représente aussi un risque d’infection plus élevé vis-à-vis des autres méthodes.

« Les seins se déplacent-ils de façon naturelle ? »

Si les prothèses mammaires sont placées au-dessus du muscle, le mouvement des seins reste parfaitement naturel. C’est moins le cas lorsqu’elles sont placées sous le muscle.

AUGMENTATION MAMMAIRE: L’INSERTION DES PROTHÈSES MAMMAIRES

Quelle que soit la méthode, les prothèses mammaires peuvent être insérées de 3 façons :

1. LA PROTHÈSE MAMMAIRE : AU-DESSOUS DE LA GLANDE MAMMAIRE (emplacement RÉTRO-GLANDULAIRE)

Si la quantité de tissu glandulaire est suffisante, la prothèse mammaire peut être posée entre les glandes et le muscle pectoral. Ceci permet à la prothèse de bouger avec le sein même. Le rétablissement après la correction mammaire se déroule très vite.

Lorsque le patient a peu de tissu de glande mammaire, le bord supérieur de la prothèse peut parfois se sentir. En outre, les implants liquides peuvent provoquer la formation de rides. Il y a aussi un risque plus important de coque capsulaire.

2. LA PROTHÈSE MAMMAIRE : AU-DESSOUS DU MUSCLE PECTORAL (emplacement RÉTRO-MUSCULAIRE)

Quand on positionne la prothèse mammaire en dessous du muscle, on la couvre avec une extra-couche de muscle. Ceci diminue fortement le risque de pouvoir sentir le bord de la prothèse.

Puisque cette couche exerce une pression sur la prothèse mammaire, une prothèse ronde adopte une forme plus ovale. L’insertion rétro-musculaire pose un risque moins important de coque capsulaire. Le rétablissement se déroule plus lentement qu’en cas d’une insertion rétro-glandulaire de la prothèse mammaire.

3. AUGMENTATION MAMMAIRE « DUAL PLANE »

La méthode « Dual Plane » est la technique la plus avancée à ce jour. La partie supérieure de la prothèse mammaire est placée sous le muscle.

La chirurgie mammaire « Dual Plane » est devenue la technique de référence pour les prothèses mammaires volumineuses.

« Y a-t-il des contre-indications à l’utilisation de prothèses mammaires externes ? »

L’utilisation de prothèses mammaires externes n’est pas recommandée chez des patients:

  • ayant une infection non traitée,
  • un système immunitaire défaillant,
  • des antécédents de problèmes de cicatrisation,
  • une insuffisance du système vasculaire,
  • des antécédents d’allergie ou une intolérance aux corps étrangers,
  • des antécédents d’essais de prothèses mammaires répétés sans succès
  • des problèmes de santé localisés aux seins
  • montrant une instabilité psychologique.